Musée dauphinois

 

 

 

Le Musée dauphinois dispose d'une très importante collection archéologique dans ses réserves.

En outre, de nombreuses inscriptions antiques et cadrans solaires sont disposées dans le cloître et roseraie du musée.

 

Bandeau

 

Le Musée dauphinois est un musée départemental ethnographique, archéologique, historique et de société dont l’objet d’étude s’inscrit dans l’ancien territoire de la province française du Dauphiné.

Originellement situé dans les bâtiments de la chapelle Sainte-Marie d’en-Bas, le musée est transféré dans l’ancien couvent de Sainte-Marie d’en-Haut en 1968. Les sœurs de l’Ordre la Visitation, installées dans le couvent de Sainte-Marie d’en-Haut achevé en 1621 manquaient de place. C’est en 1647 qu’est entreprit la construction d’un couvent et une chapelle annexe sur la rive gauche et qui prit le nom de Sainte-Marie d’en-Bas. Ce bâtiment fut désaffecté après la loi de 1905 ce qui permet l’installation du Musée dauphinois peu de temps après.

Le manque de place dans le musée est patent dès l’après guerre, mais ce n’est qu’en 1968 que le transfert vers Sainte-Marie d’en-Haut est décidé à la faveur du contexte économique favorable et de la tenue des Xe Jeux olympiques d’hiver. A cette occasion, le musée est inauguré par André Malraux, alors ministre de la culture.

S’il contient plusieurs milliers d’objets liés au patrimoine isérois, le musée dispose en outre d’une importante collection de gros mobilier lithique (cadrans solaires, inscriptions latines, stèles, …) ainsi que des collections archéologiques qui y sont conservées ou lui appartenant. Afin de conserver au mieux ces vestiges et témoins du passé, le musée à acquit, en 1989, un nouveau bâtiment de 2 000 m² sur les quais de l'Isère afin d'avoir un nouvel atelier et de nouvelles réserves à proximité.

Depuis 1992, le Musée dauphinois poursuit son activité sous l’autorité du Conseil général de l’Isère.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site