De l'orichalque au fond des mers

            Platon, lorsqu’il rédige Critias, décrit les merveilles de la très mystérieuse et mythique Atlantide. Cette île, dont la splendeur de la capitale et surtout de son temple consacré au grand Poséidon semble tout droit sortie d'un récit mythologique d'autant qu'Atlas, son roi, est le fils même de ce grand dieu régnant sur les mers.

 

Orichalque epave 0

Néanmoins, si beaucoup d'hypothèses ont vu le jour jusqu'à aujourd'hui encore, il ne subsiste cependant aucune trace de cette île qui, soit disant, fut engloutie suite à une catastrophe naturelle. Est-ce une île de l'Atlantique ? Nul ne le sait pour le moment. Le mythe d’Atlantide fait pourtant toujours parler de lui. On imagine la richesse des Atlantes dont l’immense île procurait de nombreuses terres fertiles, des forêts abondantes et des métaux précieux dont ils se servaient pour embellir leur cité.

 

Nous parlerons ici de l'un de ces métaux : l'orichalque. Selon Platon dans Critias, il était directement extrait des mines que l'île possédait et il était jugé comme « le plus précieux après l’or ». Dans son livre, Platon précise que le métal a déjà disparu à son époque. Mais... Est-ce vraiment le cas ?

Tout comme il n'est permis d'affirmer que l'Atlantide ait existé un jour, nous ne pouvions pas assurer l'existence d'un tel métal. Jusqu'à récemment. En effet, les fouilles réalisées par Sebastiano Tusa dans une épave située à 300 m des côtes siciliennes et datant de 2600 ans avant notre ère, ont permis la découverte de ce que l'archéologue pense être de l'orichalque. L'analyse des trente neuf lingots découverts indique qu'ils sont composés de zinc (15%), de cuivre (75%), de fer et de plomb (petites quantités). Or, l'orichalque serait un alliage de cuivre et de zinc et  de charbon.

Est-ce enfin la preuve que ce métal existe bel et bien, confirmant ainsi le récit de Platon ? Il est encore probablement trop tôt pour le dire.  

            Comme toujours, de nombreux débats ont lieu sur ce métal, les spécialistes étant divisés quant à la position à prendre vis-à-vis de l'orichalque et de sa provenance. En effet, Enrico Mattievich prétend que l'orichalque serait créé par des civilisations précolombiennes que les grecs auraient rencontrées. L’impossibilité d’associer véritablement les métaux mis au jour avec l’orichalque ne rend que spéculatif ce rapprochement d’ailleurs décrié par une partie de la communauté des chercheurs.

 

            Et alors que ces débats ont lieu, les archéologues continuent de dégager l'embarcation. Peut-être en saurons-nous plus par la suite !

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×